Guides pratiques

La pension de réversion: pour qui et comment en bénéficier?

Même s’il n’est jamais agréable d’évoquer la perte du conjoint, Vital Le Mag ne pouvait faire l’impasse sur une source de revenus incontournables pour les seniors veufs ou veuves : la pension de réversionQui peut en bénéficier et comment ?

 

La pension de réversion désigne la part de la pension d’un(e) retraité(e) qui revient, après son décès, à son conjoint survivant. Son montant, ses conditions d’éligibilité sont liés au statut du défunt du temps de son activité, de sa situation conjugale ainsi qu’au régime de retraite (régime de base ou complémentaire).

Quelle est la pension de réversion du conjoint survivant d’un(e) retraité(e) ayant travaillé dans le secteur privé ?

D’une manière générale, la veuve ou le veuf d’un retraité du secteur privé (salarié ou non) pourra prétendre à 54 % du montant de la pension de retraite du régime général de la sécurité sociale de ce dernier après son décès :

  • à partir de 55 ans,
  • s’ils étaient mariés et ce même dans l’hypothèse d’un remariage après le décès,
  • si ses ressources annuelles (revenus d’activité professionnelle, allocations, retraites, revenus fonciers, assurance-vie, placements…) n’excèdent pas un plafond annuel, fixé à titre d’exemple pour l’année 2020, à 21320 euros (34 112 euros si elle ou il vit en couple depuis).

Pour un senior veuf actif, les revenus d’activité bénéficient d’un abattement de 30%.
Quant aux régimes complémentaires, les modalités d’octroi de la retraite de réversion varient selon les caisses : Agirc-Arrco, régime des commerçants, artisans, professions libérales, MSA…

Par exemple, nombre d’entre eux fixent la réversion à 60 % du montant de la retraite complémentaire du conjoint défunt, excluant toute possibilité de remariage.

Quid de la pension de réversion pour les fonctionnaires ?

Principe de base de la pension de réversion dans le régime de base : Le conjoint survivant d’un(e) retraité(e) de la fonction publique percevra 50% du montant de la retraite de ce (cette) dernier(ère).

Entre autres critères, les deux époux auront dû être mariés pendant au moins 4 ans avant le décès (mariage célébré au moins 2 ans avant la retraite). Dès lors que le conjoint survivant « refait sa vie », quel que soit le statut marital, il est exclu du dispositif de réversion.

A l’inverse du secteur privé, le niveau de ressources du conjoint survivant ainsi que son âge ne rentrent pas dans les critères d’éligibilité de la réversion.

Le veuf ou la veuve d’un(e) retraité(e) fonctionnaire pourra également prétendre (sous conditions) à une rente de réversion additionnelle correspondant à 50% du montant de la retraite complémentaire de son défunt conjoint.

Le site service-public.fr vous donnera les clefs sur les démarches et les modalités de perception de la pension de réversion.

En tant que senior retraité, vous vous projetez sur l’avenir : l’occasion d’anticiper sur les questions de mobilité et d’autonomie à domicile.
Sur simple appel téléphonique, les conseillers Vital vous accompagnent dans votre réflexion pour optimiser et sécuriser votre habitat : pose d’un monte-escalier, remplacement de la baignoire par une douche équipée pour seniors