Actualités

Que prévoient les futurs candidats à la présidentielle 2022 à propos des retraites ?

Les 10 et 24 Avril 2022, se tiendront les élections présidentielles. Tous les français sont appelés aux urnes. Le 7 mars prochain, le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, proclamera la liste complète et définitive des candidats à la présidence de la république.

D’ici là, et avant même que la campagne électorale ait officiellement démarré, les idées fusent et chaque candidat y va de ses propositions. Nous avons voulu nous intéresser à un thème clef chez les seniors : la retraite !

Que prévoient les futurs candidats à propos des retraites ?

A ce jour, pas moins de 24 postulants concourent à l’élection présidentielle 2022.
Par peur de perdre nos lecteurs en route, nous avons décidé de nous intéresser aux propositions de campagne relatives aux retraites des 12 candidats qui comptabilisent, au jour du 17 février, plus de 200 parrainages.

Nous les citerons par ordre décroissant de nombre de parrainages validés.

C’est parti pour le tour de table !

Pour Valérie Pécresse (candidate élue par les Républicains)

L’âge légal de la retraite doit être porté à 65 ans d’ici 2030 avec malgré tout une possibilité de départ avancé selon la pénibilité du métier.
Il convient de travailler plus longtemps et parallèlement d’augmenter le pouvoir d’achat des retraités qui se verraient garantir un SMIC (dans le cas d’une carrière complète).

Pour Emmanuel Macron (LRM)

Précisons qu’à ce jour Emmanuel Macron n’a pas déclaré sa candidature. Pour autant, il se positionne en faveur d’un report de l’âge légal (actuellement fixé à 62 ans), une abolition des régimes spéciaux au profit d’un système tripartite (régime privé, public et indépendant). Pour une carrière aboutie, il évoque un minimum retraite à 1000 euros.

Pour Anne Hidalgo (PS)

L’âge de la retraite est maintenu à 62 ans. Le minimum vieillesse est fixé à 1000 euros et le minium contributif porté à 1200 euros (pour une durée de cotisation complète à taux plein). Les critères de pénibilité sont réévalués et passent au nombre de 10.

Pour Nathalie Arthaud (LO)

Le départ à la retraite, c’est à 60 ans avec un minimum retraite à 2000 euros par mois.

Pour Fabien Roussel (PCF)

L’âge de la retraite passe à 60 ans à taux plein avec un départ possible à partir de 37,5 années de cotisation. Un minimum de retraite (1200 euros) est garanti pour les carrières complètes. Les bases de calcul varient selon le secteur privé (10 meilleures années) ou public (choix entre les 6 derniers mois ou les 10 meilleures années primes incluses).

Pour Jean Lasalle (Résistons)

Le système de retraite par répartition est établi définitivement (et même inscrit dans la constitution). L’âge de la retraite lié à la durée de cotisation est préservé.

Pour Yannick Jadot (EELV)

Le départ à la retraite demeure à 62 ans. Plus aucune retraite ne pourra être inférieure au seuil de pauvreté. Les seniors dont les métiers répondent aux critères de pénibilité auront la possibilité de devancer l’âge légal.

Pour Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

Pas de grands changements à apporter aux conditions d’âge et de durée de cotisation par rapport au système actuel. Néanmoins les pensions de retraite sont indexées sur l’inflation. Les femmes d’artisan, de commerçant…bénéficient d’un « allègement » des critères de cotisation pour compenser leur réelle activité professionnelle non prise en compte.

Pour Jean-Luc Mélenchon (LFI)

Pas de tergiversation : la retraite passe à 60 ans, la pension équivaut au minimum au SMIC pour les retraités présentant un nombre complet d’années de cotisation.

Pour Marine Le Pen (RN)

Il s’agit d’instaurer un système progressif de départ à la retraite conditionné à la date d’entrée dans la vie active et à la durée de cotisation. Ainsi, si vous avez commencé à travailler entre 17 et 20 ans, vous aurez la possibilité de prendre votre retraite à 60 ans si vous avez cotisé 40 ans. Pour une entrée dans la vie active au-delà de 24 ans, l’âge légal reste fixé à 62 ans et avec un nombre d’annuités validés nécessaires plafonné à 42.

Pour Eric Zemmour

L’âge légal de la retraite est porté à 64 ans avec, à l’étude, un possible départ modulable selon l’âge d’entrée dans la vie active et la pénibilité du métier.

Pour François Asselineau (UPR)

Le système de retraite par répartition est entériné avec une volonté de mettre fin à la succession des réformes des retraites. Un complément de retraite par capitalisation reste possible. Les pensions sont réévaluées tous les ans au moins à la hauteur de l’augmentation du coût de la vie.

Pour connaître les réelles mesures qui seront menées pour réformer les retraites à partir de 2022…rendez-vous le 24 avril !!!

 

Devis, conseils, informations sur les équipements VITAL pour seniors et PMR de maintien à domicile :