Guides pratiques

L’AVC chez les seniors : quels sont les signes et que faire ?

En 2019, 123 000 hospitalisations ont été liées à un AVC. L’INSERM estime à 74 ans l’âge moyen des personnes atteintes d’un AVC. Une pathologie souvent associée aux seniors qui pour autant n’épargne pas les plus jeunes : les moins de 65 ans représentent 25% des malades.

Même si la médecine identifie des facteurs de risques d’AVC chez les seniors (et autres classes d’âge), dans les faits, un accident cérébral vasculaire ne prévient pas. Autant apprendre à en reconnaître les signes précurseurs et savoir que faire précisément dans une telle circonstance.

Pour résumer, un accident cérébral vasculaire correspond à un trouble de la circulation sanguine dans le cerveau provoqué soit par la formation d’un caillot de sang dans une artère cervicale, soit par la rupture d’un vaisseau sanguin dans une zone du cerveau.

Dans le cas d’un AIT (Accident ischémique cérébral), le défaut d’irrigation du cerveau suite à l’obstruction d’un vaisseau n’est que temporaire. D’ailleurs, les symptômes d’un AIT s’estompent généralement assez rapidement ce qui n’exclut pas toutefois le risque d’un AVC dans les heures qui suivent.

Pour l’AVC (ou attaque cérébrale), les neurones situés dans les zones cervicales non irriguées meurent, des lésions se créent alors et avec elles des dommages aux conséquences que l’on imagine.

AVC, AIT, il est impératif d’intervenir en extrême urgence pour enrayer l’action des lésions, limiter ses répercussions, optimiser la récupération des facultés détériorées. Qu’il s’agisse d’un senior ou d’un jeune adulte, les professionnels de santé parlent alors d’urgence absolue et de pronostic vital.

Comment reconnaître les signes d’un AVC ?

Jeunes, adultes, seniors, les signes d’un AVC ou d’un AIT diffèrent peu. Pour les reconnaître, il vous suffit de mémoriser le sigle V.I.T.E. :

V pour visage – La bouche se déforme, la joue s’affaisse ou encore une moitié du visage se paralyse (hémiplégie)

I pour incapacité – Un bras ou une jambe ne répond plus ou s’engourdit voire perd toute sensibilité.

T pour trouble – Troubles de l’élocution (aphasie), confusion des mots et/ou problèmes de compréhension

E pour Emergency « extrême urgence » – Un seul réflexe : appeler en priorité le 15 ( ou 112).

 

Il s’agit là des symptômes d’un AVC ou AIT les plus répandus. Il convient de rester attentif à tout signe inhabituel du type maux de tête violents, troubles de la vue …

Par ailleurs, il est recommandé de tester les réflexes cognitifs à travers quelques questions simples et basiques : demander à votre proche, senior ou plus jeune, de lever un bras, faire un clin d’œil ou un mouvement de la bouche, de prononcer des mots simples…

Que faire : quels gestes effectuer auprès d’un senior en cas d’AVC ?

Après avoir identifié les signes avant-coureurs d’un AVC ou AIT, votre premier geste consistera à appeler le 15 même en cas de doute…
Le plus dur pour vous consistera à garder votre calme pour décliner votre identité, celle de votre proche malade (son âge), de déterminer avec précision votre localisation, l’heure d’apparition et la nature des symptômes.

Vous prendrez soin de bien positionner votre proche ou de l’allonger de manière confortable avec une priorité : sa respiration.
La position latérale sécurisée (PLS) est réservée aux initiés préalablement formés aux premiers secours.

Important :  le malade ne doit rien ingérer (ni solide ou ni liquide) en attendant les secours.

Concernant l’AVC chez un senior, deux points essentiels à retenir :
l’acronyme V.I.T.E et le numéro d’urgence à composer ( le 15).

Quelques Sources :

– solidarités-santé.gouv.fr

– Inserm.fr/dossier/accident-vasculaire-cérébral

– ameli.fr

– institutducerveau-icm.org

– etc.